Retraites....

Publié le par Section de Cannes

Retraites : le gouvernement au pas de charge!


Au lendemain d’un scrutin marqué par une poussée de la gauche qui sanctionne l’UMP, son secrétaire général Patrick Devedjian met le feu aux poudres en confirmant que le gouvernement veut rallonger la durée de cotisation des salariés à 41 ans.

Si l’on attendait du gouvernement qu’il entende le message des urnes, c’est raté : l’allongement à 41 ans de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein sera confirmé dans les prochains mois, a déclaré le secrétaire général de l’UMP, Patrick Devedjian, au lendemain d’un scutin marqué par la poussée à gauche.

François Fillon avait interprété le résultat de dimanche comme l’exigence des Français qui attendent "encore et beaucoup" du gouvernement. "Vous nous invitez à donner encore plus de force à notre politique de changement", a-t-il dit à l’adresse des Français. Sans attendre, l’UMP confirme le calendrier dicté par Nicolas Sarkozy.

Le chef de l’Etat a annoncé le mois dernier qu’un projet de loi réformant les retraites serait déposé au Parlement "d’ici la fin du premier semestre". Il avait lié sa promesse sur les petites retraites (augmentation du minimum vieillesse et des pensions de réversion) à un allongement de la durée de cotisation d’un trimestre par an de 2009 à 2012, pour une retraite à taux plein du régime général.

Ce n’est peut-être qu’un hors d’oeuvre : en plus de l’allongement à 41 ans de la durée de cotisation, le texte de 2003 qui sert de feuille de route au gouvernement évoque un allongement à 41,5 ans en 2020.

Le syndicat Force ouvrière s’oppose à cet allongement et demande "le blocage des compteurs à 40 ans". La CGT dénonce de son côté une baisse du montant moyen des pensions, liée notamment à des carrières de plus en fractionnées, et juge que la nouvelle réforme ne permettra pas d’infléchir cette tendance.

La décision du gouvernement intervient dans un contexte de mécontentement des retraités. Plusieurs milliers d’entre eux ont manifesté avant le premier tour des municipales à Paris et en province, à l’appel de l’ensemble des syndicats, pour réclamer une hausse "immédiate et "significative" de leurs pensions, jugeant totalement insuffisante la hausse de 1,1% intervenue en janvier (pour une inflation annuelle de 2,6% en 2007).

Commenter cet article