Crise : prenons l'argent là où il est !

Publié le par Section de Cannes

PLUS D'ARGENT DANS LES CAISSES ?


CELLES DES ENTREPRISES :


Depuis 2000, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont été multipliés par 3,5. En 2007, elles ont réalisé 103 milliards de profits net, dont
40 % (toujours plus! En 2006, c'était 32 %) ont été distribués aux actionnaires sous forme de dividendes, soit 41

,2 milliards d'euros.
Pour l'ensemble des entreprises (sociétés non financières), le montant des dividendes distribués atteint 196 milliards d'euros.


CELLES DE L'ETAT :

Les
« cadeaux» aux entreprises et aux plus riches représentent un coût exorbitant pour l'ensemble des comptes publics:

32 milliards d'euros pour les exonérations de cotisations sociales en 2008, selon la Cour des comptes, dont 4 milliards pour la loi travail, emploi et pouvoir d'achat (TEPA) du 21 août 2007.

65 milliards d'euros par an pour la totalité des aides publiques aux ntreprises (exonérations publiques aux entreprises (exonérations de cotisations, allégements fiscaux, aides directes), dont 57 milliards d'aides de l'État.

.73 milliards d'euros par an pour les « niches fiscales». En 2000, un rapport du Conseil national des impôts estimait que les 1 0 % de ménages les plus riches profitaient de 86 % des réductions d'impôts. Le plafonnement de ces niches voté pour le budget 2009 est un leurre: il ne ramènera que 200 millions d'euros dans les caisses de l'État. Dans la même veine, le « bouclier fiscal» à 50 % (le montant des impôts payé ne peut excéder 50 % du revenu) devrait coûter 830 millions d'euros en 2008 dont les neuf dixièmes seront reversés à des ménages dont le patrimoine est supérieur à 3,7 millions d'euros .
.40 milliards d'euros prévus pour sauver les banques, dont 10,5 milliards empruntés sur les marchés ont déjà servi à recapitaliser les principaux établissements.  

             

Publié dans cannespcf

Commenter cet article