France : tes libertés menotées!

Publié le par Section de Cannes

Pour la démocratie et la liberté de la presse

 

Nice aura été ce samedi 17 janvier le lieu d’une interdiction de la manifestation initiée par le collectif pour une ¨Paix juste et durable au Proche Orient. Et de l’interdiction de la conférence de presse que ce collectif avait prévu de tenir, à une heure distincte, face à l’interdiction de manifester.

 

Ces deux interdictions, et singulièrement celle de la conférence de presse, sont inquiétantes. Et évidemment inefficaces, on en a eu la démonstration ce samedi, pour prévenir les violences urbaines de quelques individus ; lesquels sont sans rapports avec les organisateurs des expressions de solidarités avec le peuple palestinien et les pacifistes israéliens.

 

Plus globalement, il ne se passe plus de jour dans notre département pour que certains responsables en rajoutent dans la « frénésie d’interdire ». Rudy Salles, après Eric Ciotti et Christian Estrosi, s’est inscrit dans ce sens. De son côté, le président de la CCI veut « interdire les manifestations dans le centre ville ».

C’est une impasse vis à vis des violences urbaines car cela excite plutôt des petits groupes, motivés par la recherche de l’affrontement et de la transgression violente gratuite. C’est un danger pour la démocratie, en empêchant à Nice, des manifestations, qui ont pu avoir lieu, dans de multiples autres villes de France ce samedi.

 

C’est d’autant plus préoccupant quand ces prises de positions s’entrecroisent avec d’autres éléments d’actualité, comme les tentations de remettre en cause le droit de grève face à la durée du conflit à la SNCF. Plutôt que d’agir pour amener la SNCF a avoir les moyens humains d’assurer les services prévus comme le réclament les conducteurs dans l’intérêt des usagers.

 

De même comment ne pas s’interroger sur les inflexions éditoriales du quotidien régional depuis son rachat par le groupe Hersant. La façon d’alimenter ces derniers jours la chaudière malsaine d’une psychose autour des manifestations et de créer un « climat », renforce tous les risques de dérapages et d’incidents.

 
Enfin, tout ceci se déroule dans la France de l’ordre sarkozyste, qui de la Justice corsetée, à la réforme de l’Audiovisuel Public et aux dangers qui pèsent sur les rédactions de France3, pose des questions de plus en plus graves du point de vue des libertés publiques, collectives et individuelles. De même que certaines conclusions des Etats Généraux de la presse écrite.

Compte tenu de la concentration et de la réorganisation des pouvoirs en cours dans ce département, et ce dans tous les domaines des pouvoirs, il existe un vrai danger de voir s’y instaurer une sorte de « France sarkozyste au carré ».

 

Cela n’en donne que plus d’importance à l’existence, fragile mais indispensable, du Patriote comme hebdomadaire progressiste de la Côte d’Azur, pour porter une autre regard sur celle-ci, et permettre l’expression de voix différentes, syndicales, citoyennes, associatives, culturelles,  politiques.

 

Le contexte nouveau et préoccupant qui s’instaure sur la Côte d’Azur doit porter le Patriote a faire plus et mieux pour permettre l’expression d’autres voix face au rouleau compresseur des forces idéologiques, médiatiques, et politiques dominantes. En même temps que chaque démocrate et progressiste de la Côte d’azur est à même de se rendre compte du caractère vital de l’hebdomadaire pour le pluralisme de la presse dans notre département.

 

Ce contexte, à une semaine de la journée nationales de grèves et de manifestations du jeudi 29 mai, n’en donne que plus d’importance à l’amicale rencontre pour les Vœux 2009 du journal qui a lieu

 

Jeudi 22 Janvier à 18h

Au Virgin Café, 15 Avenue Jean Médecin à Nice

(tramway Place Massena)

 

Nous n’avions pas imaginé devoir tenir ces vœux au lendemain de cet acte tristement symbolique de l’interdiction d’une conférence de presse à Nice. Ces vœux seront aussi une étape démocratique d’une réponse aussi ferme et  sereine que nécessaire. A jeudi.

 

Jean Paul Duparc

 

 

Publié dans cannespcf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article