Délit de générosité à Nice!

Publié le par Section de Cannes


Coupables du "délit de générosité" ils se livrent à la justice à Nice.

 

« Si la solidarité est un délit, alors nous demandons à être poursuivis pour ce délit. » Derrière ce slogan, ils sont quelques centaines d'Azuréens à s'être rassemblés, hier soir, sur les marches du palais de Justice de Nice. « Pour se constituer prisonniers ! » Militants associatifs ou simples citoyens, du médecin à l'ouvrier, en passant par des informaticiens, des avocats et des élus (1), tous revendiquent le titre d'« aidants ». Un nouveau vocable qui rimerait avec « délinquant ».

Parce qu'ils ont « tendu la main » à des sans-papier, « en leur offrant un peu de nourriture » ou en les accueillant chez eux, ils tomberaient sous le coup de la loi, passibles de 5 ans de prison et de 30 000 euros d'amende. Comme Élizabeth Caron, directrice d'école à Nice, qui évoquait hier « le regard insupportable d'une mère » auquel elle était confrontée chaque matin. « Cette maman déposait l'un de ses enfants à l'école et repartait en poussant sa petite fille de 14 mois dans sa poussette. Toute la journée, elle errait dans les jardins publics, ne sachant pas où aller, se demandant, chaque jour, où elle allait dormir le soir. » Oui, Élizabeth a hébergé chez elle cette famille d'Albanais qui avait dû fuir son pays « parce que le mari était militant dans un parti démocrate. » Est-elle pour autant une criminelle ?

Les Identitaires s'invitent

Bien sûr que non, semble indiquer le ministre de l'Immigration lui-même. Eric Besson regrettait hier une mauvaise interprétation des textes. Certes, il a bien fixé pour objectif l'interpellation de 5 000 « aidants » mais il entend par là des « personnes participant activement aux filières d'immigration clandestines ». C'est en tout cas ce qu'il a écrit à tous les présidents des associations mobilisées contre ses directives.

Et elles sont nombreuses. RESEF (réseau éducation sans frontière), Emmaüs, la Cimade, le Secours Catholique, ADN, SOS Racisme, ou encore Médecins du Monde...

Près de 450 Azuréens ont également signé une lettre d'auto-dénonciation, précisant qu'ils ont enfreint cette loi qui pour eux pénalise la « solidarité » et la « générosité ».

Lorsque des policiers casqués ont subitement pris position aux abords du palais, un frisson a tout de même traversé ces « justiciables ». Mais ce petit mouvement de troupes n'avait d'autre but que de les protéger. Une vingtaine de militants d'extrême droite venait de faire irruption sur la place. Munis de leurs propres banderoles et de menottes, des Identitaires avaient organisé une contre-manifestation. Il n'y a pas eu d'altercation... Tout au moins autre que verbale.


1. On notait la présence de Patrick Allemand, premier vice-président de la région, Marc Concas, Paul Cuturello et Patrick Mottard, conseillers généraux, Robert Injey, conseiller municipal communiste à Nice.

(extraits de Nice Matin de ce jour)


Commentaires :

Ce que ne dit pas l'article, c'est que Sarkosy a donné, en plus, un objectif de "production" d'expulsions de 27 000 personnes en 2009, contre 26 000 en 2008, à Eric Besson. La mobilisation de chaque citoyen est plus que jamais nécessaire!

Les manifestants ont raison d'avoir peur de la "police casquée" quand on voit son comportement à Strasbourg et en Corse contre des manifestants pacifistes et pacifiques. Les dénégations de Michèle Alliot-Marie sont mensongères quand, dans le même moment, les vidéos amateurs prouvent la violence de "sa" police! Elle propose également d'interdire les "cagoules" dans les manifestations : parle-t-elle des policiers, des supplétifs policiers chargés de créer le désordre, de ceux, comme à Stasbourg qui canardent les pacifistes? Non, elle cible seulement certains "participants" indésirables dans les manifestations....Mais qui servent-ils par leurs actions de destruction si ce n'est la répression ...des manifestants pacifiques...par des "policiers casqués"?




Publié dans cannespcf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article